Poeųme d'un Africain pour son freųre blanc
 

  Cher freųre blanc,
  
  Quand je suis neł j'ełtais noir
  Quand j'ai grandi j'ełtais noir
  Quand je vais au soleil je suis noir
  Quand j'ai peur je suis noir
  Quand je suis malade, je suis noir
  Quand je mourrai, je serai noir.

  Tandis que toi homme blanc,
  Quand tu es neł tu ełtais rose
  Quand tu es grandi tu ełtais blanc,
  Quand tu vas au soleil tu es rouge
  Quand tu as froid tu es bleu,
  Quand tu as peur tu es vert
  Quand tu es malade tu es jaune
  Quand tu mourras tu seras gris.

  Et apreųs cela, tu as le toupet de
  M'appeler "homme de couleur."